Mise en avant

Seconde rencontre

/!\ Une séance complémentaire sur cette question aura lieu, uniquement en ligne, le vendredi 26 mai 2023 de 10h à 13h.

En quoi la part de subjectivité nécessairement impliquée dans la recherche en lettres et sciences humaines peut-elle constituer non pas une indépassable limite, mais une ressource à explorer ? Quels sont les enjeux de cette question pour l’étude et l’enseignement de la littérature médiévale sous l’angle du genre ?

Après la première rencontre du réseau LIMA.GE, consacrée à l’anachronisme, nous poursuivrons notre réflexion collective en nous intéressant aux articulations entre genre et subjectivité. Nous présenterons d’abord les enjeux épistémologiques de la question dans une perspective large, ouverte sur différentes disciplines des Sciences Humaines, avant de montrer ce qu’elle peut apporter sur les plans pédagogique et didactique. Dans chacun de ces deux volets, nous développerons quelques exemples pratiques, tirés de nos expériences d’enseignantes-chercheuses en littérature médiévale.

Intervenantes principales :

Sophie Albert, Sorbonne Université, MCF de littérature médiévale

Fabienne Pomel, Université Rennes 2, Professeure de langue et littérature médiévales

Discutantes :

Rose Delestre, doctorante et chargée de cours en littérature médiévale dans les Universités de Genève et Rennes 2

Sarah Delale, chargée de recherche à l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCA) de l’Université Catholique de Louvain

Yasmina Foehr-Janssens, Professeure ordinaire en littérature médiévale française, Université de Genève

Anne Paupert, MCF en langue et littérature médiévales, Université Paris Cité

Pas d’inscription pour assister en « présentiel » à l’événement. Toute personne désirant assister à distance à cette rencontre peut nous écrire à l’adresse reseaulima.ge@gmail.com

Mise en avant

Colloque – Université de Genève, 24 et 25 avril 2023.

Dans le cadre du programme doctoral d’études médiévales de la CUSO, nous avons le plaisir d’organiser, les lundi 24 (après-midi) et mardi 25 avril 2023, à l’Université de Genève, un colloque interdisciplinaire sur les représentations de la violence basée sur le genre et sur les pratiques de soin qui y répondent au Moyen Âge. Ce colloque prévoit la participation de deux invitées spécialisées dans le domaine – Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), Nadia Pla (Université de Nanterre) – et de huit intervenant.e.s doctorant.e.s, post-doctorant.e.s, ou chercheu.r.se.s avancé.e.s selectionné.e.s avec cet appel à contributions.

Ce colloque est organisé selon deux perspectives. D’une part, il s’agira de contribuer à pallier le manque d’institutionnalisation des études genre dans les formations universitaires en sciences humaines et particulièrement en lettres. Alors qu’il est fréquent qu’un.e enseignant.e soit confronté.e à des sources qui mettent en scène des rapports de sexe et de genre, et la violence qui peut les régir, la libération de la parole à l’ère contemporaine de MeToo, font de ce colloque une occasion supplémentaire et inédite de nourrir l’interdisciplinarité d’un champ de recherche en sciences humaines et sociales en pleine expansion, et de participer au mouvement social et intellectuel qui s’intéresse – tout en laissant trop souvent de côté l’apport potentiel des sciences humaines – aux violences de genre, à leur histoire et à leur reconnaissance, comme l’indique, par exemple, la formation proposée depuis peu par la HETS de Fribourg, « Déceler les violences basées sur le genre : regards croisés et réponses institutionnelles ». Outre cette première préoccupation, nous souhaiterions également nous atteler à compenser le défaut de sollicitation de la période médiévale dans ces champs. Le questionnement politico-social et historique sur les violences sexuelles et de genre, ainsi que sur leur réparation physique et institutionnelle, leur compensation ou leur prise en charge symbolique par différentes formes artistiques, par le truchement de l’époque médiévale, est un ressort utilisé depuis longtemps par les cinéastes ou les romanciers, comme en témoigne le premier tome de la saga romanesque allemande d’Ingrid Knocke et Elmar Wolrath, La Catin (Die Wanderhure), paru en 2008 et adapté au cinéma en 2010 par Gabriele Kister et Hansjörg Thurn, ou le dernier film de Ridley Scott, Le Dernier duel, sur le viol de Marguerite de Carrouges, sorti en salles en octobre dernier. Toutefois, les études médiévales manquent encore d’une certaine légitimité, en regard, par exemple, du colloque Scènes de viol dans la littérature européenne, XVIe-XVIIIe siècles, qui sera organisé à l’université de Haute-Alsace en octobre 2023, ou bien encore dans celui organisé sur le care en littérature, en octobre dernier, par Alexandre Gefen et Andrea Oberhuber.

            Nous attendons des propositions d’une durée n’excédant pas 25 à 30 minutes, mobilisant diverses disciplines (littérature, histoire, art, philosophie, théologie, anthropologie). Les violences de genre y seront envisagées comme violence sexuelle (viol, rapt, harcèlement), mais aussi, et surtout, comme violence sexuée, c’est-à-dire comme pratique émanant de/affectant un rôle social reposant sur un ou des rapports de genre, dans ses différentes manifestations physique (enfermement, privation, ségrégation spatiale, exclusion ou bannissement), verbale (injure, humiliation, calomnie pour des raisons et motifs variés), psychologique (manipulation, dévalorisation, mépris), économique (dépendance financière, interdiction de travailler ou assignation à des métiers imposés) et politique. Il s’agira ensuite d’étudier le sexe de la pratique de soin, dans la perspective conjointe des gender & care studies : qui l’exerce, qui en bénéficie, comment, et selon quels rapports de genre ? L’objectif précis de cet événement est, en définitive, celui d’observer les dynamiques de pouvoir, d’abus, de réaction et de compensation qui vectorisent la violence et sa réparation, ainsi que l’incidence du sexe et du genre sur ces dernières. Une approche intersectionnelle sera privilégiée, capable de dépasser la polarisation, réelle, mais pas nécessairement automatique, entre masculin-agresseur et féminin-victime, ou encore entre féminin-soignant et masculin-soigné. S’il est vrai que certains abus ou certaines pratiques de soin ont été généralement imputés à un seul sexe – le viol, par exemple, a longtemps été compris comme un acte de pénétration sexuelle violente d’un homme sur une femme (ce que confirme le lexique médiéval qui, pour décrire juridiquement ce crime, emploie l’expression femme efforcier), tandis que le soin au chevalier blessé est généralement l’affaire des femmes – les meilleurs résultats émergent d’une étude en mesure d’intégrer et de discuter la polarisation des sexes/genres, en prêtant attention aux autres axes de l’inégalité : rapports d’âge, de classe sociale, d’apparence physique et de nature (humains, êtres surnaturels), d’appartenance ethnique ou religieuse. Il s’agit également de s’interroger sur l’utilisation de certaines catégories et concepts (par exemple : viol, victime, culture du viol) contemporains en études médiévales, en appelant à l’utilisation d’un anachronisme contrôlé et critique.

Nous invitons tou.te.s les jeunes chercheu.r.ses médiévistes à nous faire parvenir, aux adresses de courriel ci-dessous, leur proposition de communication en français ou en anglais, d’une page environ, accompagnée d’un bref Curriculum Vitae, en format PDF, pour le 15 janvier 2023 au plus tard :

benedettaviscidi@gmail.com et rose.delestre@unige.ch.

Les doctorant.e.s CUSO verront, comme à l’accoutumée, leurs frais de transport et de repas pris en charge. Celles et ceux qui voudraient assister et/ou participer à l’événement sans être rattachés à une université CUSO sont les bienvenu.e.s mais devront se renseigner sur les possibilités de défraiement offertes par leurs laboratoires de rattachement. Merci de nous prévenir de votre venue, pour des soucis d’ordre organisationnel.

Comité scientifique:

Rose Delestre (Université de Genève – Université Rennes 2)

Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève)

Fabienne Pomel (Université Rennes 2)

Benedetta Viscidi (Università degli Studi di Padova – Université de Genève)

Bibliographie indicative

Bazan, Iñaki. Quelques remarques sur les victimes du viol au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, dans Les victimes, des oubliées de l’histoire ? (cf. infra)

Bodiou Lydie, avec Frédéric Chauvaud, Myriam Soria, Ludovic Gaussot et Marie-José Grihom (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes, Rennes : PUR, 2016.

Ducousso-Lacaze Alain, avec Marie-José Grihom (dir.), Violences faites au corps des femmes, dans Dialogue n° 208, Erès, 2008/2.

Esposito Anna, avec Franco Franceschi & Gabriella Piccinni (éd.), Violences faites aux femmes. Un regard sur le Moyen Âge, traduit par Marie-Ange Beaugrand, Grenoble : UGA Éditions, 2022

Foehr-Janssens Yasmina, « Littérature médiévale et études genre : succès, freins et défis», Francofonia 74 (2018), p. 21-37.

Garnot Benoît (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes : PUR, 2000.

Gefen Alexandre, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, José Corti, 2017.

Gefen Alexandre, L’idée de littérature, José Corti, 2021.

Gilligan Carol, In a Different Voice: Psychological Theory and Women’s Development, Harvard University Press, 1982.

Gonthier Nicole, « Les victimes de viol devant les tribunaux à la fin du Moyen Âge d’après les sources dijonnaises et lyonnaises », dans Criminologie, 1994, 27(2), p. 9-32.

Gravdal Kathryn, Ravishing Maidens. Writing Rape in Medieval French Literature and Law, University of Pennsylvania Press, 1991.

Harraway Donna, « Situated knowledge: the science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies 14 (1988), p. 575-599.

Hammond Meghan, Kim Sue(dir.), Rethinking Empathy Through Literature, Routledge, 2014.

Ibos Caroline, « Ethiques et politiques du care. Cartographie d’une catégorie critique », in Clio. Femmes, Genre, Histoire 49 (2019) | Travail de care, p. 181-219.

Laugier Sandra, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », in Multitudes 37-38 (2009), vol. 2, p. 80-88.

Lavergne Cécile, avec Anton Perdoncin, Décrire la violence, dans Tracés. Revue de Sciences humaines, 19 | 2010

Lett Didier, avec Camille Noûs, « Les médiévistes et l’histoire des femmes et du genre: douze ans des recherche», Genre & Histoire 26 (2020).

Merlin-Kajman Hélène, La Littérature à l’heure de #MeToo, Ithaque, 2020.

Nussbaum Martha, Poetic Justice: The Literary Imagination and Public Life, Beacon Press, 1995.

Paperman Patricia, Care et sentiments, Presses Universitaires de France, 2013.

Parini Lorena, Le système de genre. Introduction aux concepts et théories, Seismo, 2006.

Gulley Alison (dir.), Teaching Rape in the Medieval Literature Classroom: Approaches to Difficult Texts, Arc Humanities Press, 2018.

Tronto Joan, Moral Boundaries : A Political Argument for an Ethic of Care, Routledge, 1993

Vandeventer Pearman Tory, Women and Disability in Medieval Literature, Palgrave MacMilan, 2010.

Vandeventer Pearman Tory, Disability and Knighthood in Malory’s Morte D’Arthur, Routledge, 2019.

Viscidi Benedetta, «Rappresentazioni dello stupro nel Medioevo letterario di Francia: stato dell’arte con qualche proposta», L’Immagine Riflessa 31/1 (2022), p. 79-118.

Wolfthal Diane, Images of Rape: The “Heroic” Tradition and its Alternatives, Cambridge University Press, 1998.

Mise en avant

Cet obscur objet du désir

Le corps de la femme dans quelques textes du Moyen Age

Une conférence organisée par Anne Paupert le mercredi 6 novembre, de 15h à 17h, Salle Pierre Albouy, à l’université de Paris 7, dans le cadre de son séminaire de master. Elle accueillera Corinne Pierreville, Professeure à Lyon 3, qui vient de faire paraître chez Champion une belle Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge.

Flyer du séminaire Obscur objet désir – femmes Moyen Age
Mise en avant

Onomastique et genre

Journée d’étude du jeudi 10 octobre 2019

Dans la continuité du séminaire Onomastique mené à Rennes 2 depuis la rentrée 2017, et dans le cadre d’une collaboration initiée avec Paris VII (Anne Paupert), Paris IV (Sophie Albert), et Genève (Yasmina Foehr-Janssens) pour fonder un réseau sur Littérature, Moyen Age et Genre (LIMA.GE),  j’organise une JE sur Onomastique et genre à l’Université Rennes 2.

Continuer la lecture de « Onomastique et genre »
Mise en avant

Atelier d’écriture « Nom et genre au Moyen Age »

vendredi 11 octobre 2019 9h – 14h

Christine de Pizan – signature

Présentation

Dans le cadre du CETM, groupe de recherche au sein du CELLAM (ALC), est organisé un atelier d’écriture en complément de la JE programmée pour le 10 octobre 2019, sur « Onomastique et genre dans la littérature médiévale » (Cellam). L’objectif est pluriel :

Continuer la lecture de « Atelier d’écriture « Nom et genre au Moyen Age » »
Mise en avant

LIMA.GE (Littérature du Moyen Âge et genre)

L’idée ce réseau, dans l’esprit de ses quatre initiatrices, est née d’un commun désir de se fédérer et de donner une plus grande visibilité aux études de genre dans le champ de la littérature médiévale dans le domaine francophone. En effet, si ce type d’études est bien visible et bien répertorié dans d’autres pays, anglophones en particulier, la structure des universités françaises – pas ou très peu de départements d'”études genre”, comme il en existe en Suisse par exemple – et des équipes de recherche, dont le champ d’application porte souvent sur plusieurs siècles ou plusieurs domaines, fait que les travaux français sur ces sujets restent encore à ce jour parcellaires et dispersés.

Ce carnet, ouvert à tous ceux et à toutes celles qui s’y intéresseront permettra de centraliser et de diffuser des informations sur des événements scientifiques (journées d’études, colloques, séminaires, rencontres diverses) autour de la question du genre dans la littérature française du Moyen Âge.

Il contiendra également une “bibliographie collaborative” qui sera alimentée, non seulement par chacune des responsables, mais aussi par les lecteurs, lectrices et participant.e.s. Continuer la lecture de « LIMA.GE (Littérature du Moyen Âge et genre) »

Prochain congrès de la société internationale Christine de Pizan

Le prochain congrès de la société internationale Christine de Pizan aura lieu sur 4 jours entre les universités de Lausanne et de Genève. Le programme des communications et activités sera centré autour du couple “Ranger et déranger. Order and disorder” .

« Transmettre et développer les compétences pédagogiques en études de genre dans l’enseignement supérieur »

Le bureau de Philomel (réseau transdisciplinaire de recherches sur le genre de Sorbonne Université), soucieux d’encourager l’offre de formation spécifique en études de genre à l’université, a impulsé un projet intitulé « Transmettre et développer les compétences pédagogiques en études de genre dans l’enseignement supérieur ». Plusieurs instituts, laboratoires et organes de Sorbonne Université s’y sont associés : à ce jour, et sans exclusive, l’INSPE de l’Académie de Paris, le CERES, le GRIPIC/CELSA et la Mission Égalités des droits-Lutte contre les discriminations de la Faculté des Lettres. Deux contrats post-doctoraux sont envisagés pour amorcer le projet à partir de la rentrée prochaine. La principale mission des personnes recrutées consistera dans la conception et la mise en place d’une plateforme de ressources pédagogiques en études de genre pour l’enseignement supérieur. La plateforme a vocation à être ouverte à une large communauté éducative. Elle vise à proposer un appui à la transmission de compétences, d’expertises et de savoirs théoriques et pratiques alternatifs aux canons hétéronormés hérités de la tradition académique hégémonique.

1/ Contrat Philomel : 1 an, avec possibilité de renouvellement

Ce premier contrat est financé par Philomel / Initiative Genre. La constitution du comité de sélection, qui comprendra à la fois des membres de Sorbonne Université et des membres extérieurs, relève de la responsabilité du bureau de Philomel.

Le/la post-doctorant·e aura pour missions :

– de concevoir et de mettre en place un pôle de ressources en ligne pour encourager et faciliter les enseignements sur le genre à l’université (80%),

– de venir en appui au pilotage du réseau Philomel (20%).

Annonce également publiée à la page https://philomel.hypotheses.org/11425

Calendrier

– jusqu’au 17 mai : prise de contact (recommandée) avec les copilotes de Philomel, Sophie Albert et Jean-François Laplénie : sophiepauline.albert@gmail.com et jean-francois.laplenie@sorbonne-universite.fr

– 27 mai : envoi des dossiers de candidature à Sophie Albert et Jean-François Laplénie

– 20-21 juin : auditions à Paris

Dossier à envoyer en format pdf

Obligatoire :

– diplôme ou attestation de doctorat indiquant l’année d’obtention de la thèse

– lettre de motivation de 2 pages maximum

– un CV de 3 pages maximum détaillant les expériences de recherche et d’enseignement

– un projet de recherche de trois pages maximum insistant sur les compétences et expériences en études de genre et/ou en matière de pédagogie, éventuellement sur l’ouverture inter- ou transdisciplinaire des travaux et activités du/de la candidat·e, et développant les actions à mener dans le cadre du projet post-doctoral présenté dans la fiche de poste

Optionnel : (le lien vers) une production/réalisation illustrant une expertise dans un ou plusieurs des domaines de compétences requis : article, conférence, performance ou autre.

2/ Contrat SOUND (SOrbonne Université for a New Deal) : 1 an renouvelable une fois

Ce second contrat est soumis à l’appréciation des candidatures déposées pour les 12 propositions de projets post-doctoraux retenues au terme de l’appel à projets SOUND, et parmi lesquelles 2 se verront attribuer un contrat post-doctoral. La constitution du comité de sélection et l’organisation des auditions relèvent des responsables scientifiques de SOUND.

Le/la post-doctorant·e aura pour mission de concevoir et de mettre en place un pôle de ressources en ligne pour encourager et faciliter les enseignements sur le genre à l’université.

Annonce également publiée à la page https://www.sorbonne-universite.fr/appel-candidatures-sound – onglet « Projets post-doctoraux »

Calendrier

– jusqu’au 17 mai : prise de contact (recommandée) avec les copilotes de Philomel, Sophie Albert et Jean-François Laplénie (sophiepauline.albert@gmail.com et jean-francois.laplenie@sorbonne-universite.fr), la représentante de l’INSPE, Nassira Hedjerassi (nassira.hedjerassi@inspe-paris.fr) et la représentante du GRIPIC, Virginie Julliard (virginie.julliard@sorbonne-universite.fr).

– 27 mai : dépôt des dossiers de candidature sur le site de SOUND : https://www.sorbonne-universite.fr/appel-candidatures-sound

– début juin : auditions

Dossier à envoyer en format pdf [ces points reprennent et complètent les éléments donnés sur le site de l’appel à candidatures indiqué ci-dessus]

Obligatoire :

– année d’obtention de la thèse

– lettre de motivation de 2 pages maximum

– un CV de 3 pages maximum détaillant les expériences de recherche et d’enseignement

– un projet de recherche de trois pages maximum insistant sur l’inscription dans le programme thématique de SOUND « Sociétés en mutation » (https://www.sorbonne-universite.fr/actualites/appel-projets-doctoraux-et-post-doctoraux-sound) , sur les compétences et expériences en études de genre et/ou en matière de pédagogie, et développant les actions à mener dans le cadre du projet

Optionnel :

– CV court (1 page) des encadrantes ou encadrants

– Lettres de recommandation

Appel à communications du colloque “Sexualité, racisme, migrations” qui se tiendra les 18 et 19 novembre 2024 sur le campus Condorcet à Aubervilliers

Ce colloque est porté par le département INTEGER de l’Institut Convergences
Migrations – CNRS, avec les soutiens de l’Association Française de Sociologie
et de l’INED.

Quatre axes thématiques sont identifiés (“Théories et méthodes”, “Inégalités
et privilèges”, “Santé”, “Espaces et déplacements”), mais nous lirons avec
autant d’attention les propositions qui porteraient sur des thématiques non
évoquées directement dans l’AAC. Nous encourageons également les jeunes
chercheur.es à faire des propositions.

Les propositions de communications sont à déposer au plus tard le 26 mai sur
la plateforme du colloque :
https://minorisationsexuelle.sciencesconf.org/?lang=fr

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante :
minorisationsexuelle@sciencesconf.org

Restitution d’un atelier théâtral intitulé « Voix et corps rebelles : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui », à partir du Mystère de sainte Barbe en cinq journées (Université de Nanterre)

Le 17 mai 2024 prochain à 19h, Dr. Susanna Scavello (postdoctorante ArTeC-Lipo, Université Paris Nanterre) organisera la restitution d’un atelier théâtral intitulé « Voix et corps rebelles : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui », à partir du Mystère de sainte Barbe en cinq journéesà l’Espace Reverdy de l’Université de Nanterre (Bâtiment Ricoeur) le vendredi 17 mai 2024 à 19h. 

Cet atelier théâtral a été réalisé dans le cadre d’un MIP (Module Innovant Pédagogique) de l’École de Recherche ArTeC qui soutien mon projet de recherche post-doctoral « Femmes martyres en action : recréer et rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui, le cas de Barbe » autour de la figure de sainte Barbe au théâtre, du Moyen Âge à aujourd’hui.

Ce moment de rencontre avec le public sera à la fois l’occasion pour présenter une première étape de l’exploration de la recherche-création et un moment de réflexion en soi pour la suite de la recherche, car les réactions du public participeront également à ce volet participatif du projet lors d’un borde-plateau avec les participant.es (des artistes comédiens de la compagnie franco-italienne Bougier TOTO, Jules Benveniste et Violetta Latte, des étudiants des Master ArTeC, Lettres et Théâtre de l’Université Paris Nanterre et de l’Université de Paris 8).

La présence des chercheuses et chercheurs et d’artistes qui s’intéressent au Moyen Âge et à sa réception aujourd’hui, tout comme à la représentation du martyre et du corps, à l’hagiographie et à la sainteté féminine sera particulièrement précieuse. Dans les prochains jours un formulaire pour pouvoir participer et s’inscrire à la restitution publique de l’expérimentation théâtrale autour de ce mystère méconnu de la scène d’aujourd’hui et pourtant si proche à nous sera disponible auprès de l’organisatrice.

Accéder à la page de du projet ici.

Assemblée générale complémentaire à celle du 13 mars 2024

Le 28 mai prochain, à la Maison de la Recherche de la Sorbonne (28, rue Serpente, 75006 Paris) aura lieu une journée d’études pour clôturer notre atelier du genre 2024, lequel a commencé avec le colloque que nous avons organisé à Rennes en mars dernier. À l’issue de cette journée d’études aura lieu une assemblée générale complémentaire à celle du 13.03, lors de laquelle nous discuterons du programme de l’année prochaine et devrons élire le bureau du réseau. Nous invitons donc tou.te.s celleux qui sont membres du réseau à s’exprimer lors de ce scrutin, lequel sera accessible également en ligne par Balotilo 24 ou 48h avant et sera clôturé en même temps que le vote en présentiel. L’AG aura lieu en salle D323, à 17h et sera retransmise via Zoom pour ceux qui ne pourront pas se déplacer. Vous voudrez bien noter que le bureau sera constitué de 8 membres, élus pour un mandat de 3 ans : la liste des candidats sera publiée courant mai. Nous encourageons celles et ceux qui le souhaitent à proposer leur candidature d’ici le 10 mai 2024, à cette adresse. Enfin, et conformément à notre profession de foi collaborative, le réseau LIMA.GE lance également son appel à projet pour l’année 2024-2025. Les personnes souhaitant se constituer en comité d’organisation d’un événement et y associer le réseau peuvent donc nous soumettre leurs propositions à l’aide du formulaire ci-joint ce message, d’ici le 24 mai 2024.

Ouverture de 3 contrats post-doctoraux et d’un poste de project manager, dans le cadre du projet ERC AGRELITA dirigé par la professeure Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen)

Ouverture de 3 contrats post-doctoraux et d’un poste de project manager, dans le cadre du projet ERC AGRELITA dirigé par la professeure Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen), qui portera sur l’étude de l’antiquité grecque antérieure à Alexandre le Grand dans les textes et l’iconographie des manuscrits médiévaux en français. L’étude de la réception de la mythologie ou de l’histoire antique rencontrant souvent les études de genre, il est tout à fait possible que certains de vos intérêts correspondent à cette offre.

Lecture performative à la Maison Rousseau et Littérature autour de Monique Wittig (Genève)

Le 16 mai 2024 à 18h, Agnès Vannouvong et Rose Delestre organiseront une lecture performative à la Maison Rousseau et Littérature (Grand-Rue, 40, 1204 Genève), autour de Monique Wittig. Cette lecture performance est l’occasion pour le Département de langues et littératures françaises et latines médiévales et l’unité des Études Genre de la Faculté des lettres de conclure un cycle de trois ans de recherche consacrée à la philosophe.

Expérience immersive où la voix des étudiant·e·x·s se mêlera harmonieusement à celle de Monique Wittig, cette soirée sera l’occasion de présenter des textes sélectionnés, fruits d’un atelier d’écriture dirigé par Agnès Vannouvong en collaboration avec Rose Delestre, ainsi que des extraits de l’œuvre de l’autrice. À travers ces mots, le public pourra questionner les frontières du genre, de la sexualité et de l’identité, tout en découvrant la richesse et la pertinence contemporaine de l’œuvre de Wittig.

https://m-r-l.ch/evenement/monique-wittig-lecture-performative

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search