Onomastique et genre

Journée d’étude du jeudi 10 octobre 2019

Dans la continuité du séminaire Onomastique mené à Rennes 2 depuis la rentrée 2017, et dans le cadre d’une collaboration initiée avec Paris VII (Anne Paupert), Paris IV (Sophie Albert), et Genève (Yasmina Foehr-Janssens) pour fonder un réseau sur Littérature, Moyen Age et Genre (LIMA.GE),  j’organise une JE sur Onomastique et genre à l’Université Rennes 2.

Participeront à cette journée d’études les co-fondatrices du Réseau intitulé LIMA.ge  Anne Paupert, Yasmina Foehr-Janssens, Sophie Albert et Fabienne Pomel ainsi que Christopher Lucken, Madeleine Jeay, Christine Ferlampin-Acher, et Christiane Klapisch-Zuber (sous réserve). Il s’agirait d’aborder diverses pistes, dans des corpus les plus variés et ouverts possibles :

  • Comment à travers l’onomastique se construit ou se problématise le genre ?
  • Comment les noms de personnages dans les textes médiévaux sont-ils exploités ou non sur le critère du genre et comment ce critère s’articule-t-il à d’autres marques identitaires (génériques, sociologiques, géographiques, etc). Comment la notion d’inter-sectionnalité joue-t-elle pour le corpus médiéval ?
  • Comment les noms propres sont-ils des lieux de manipulation, falsification, usurpation, discordance et brouillage du genre qui reflètent des enjeux identitaires en lien avec le genre M/F ou éventuellement la mise en cause de cette binarité ?
  • Le traitement comparé des noms masculins et féminins montre-t-il le même fonctionnement ou présente-t-il des spécificités ?
  • Quelles sont les fonctions taxinomiques des noms genrés ? effets de série et de spécularité, de lignée, de reprise ou variation sur le nom (père/fille ou fils, mère/fille, sœurs ou fratries, amante/épouse pour Yseult/ Y aux blanches mains, etc) à l’intérieur d’un texte ou en intertextualité (ex Zeland/Zelandine ; Christ/ine) ; effets de hiérarchisation des personnages,  effets d’autorité ou de disqualification ?
  • Comment les textes usent-ils des spécificités de la langue médiévale pour jouer sur les marques du M, du F ou la neutralisation du genre dans l’onomastique  (noms de personnages/ noms de lieu/noms de choses) ? Quelles marques linguistiques et grammaticales de genre (suffixes ou diminutifs, accords, référence par les pronoms de 3e personne ou inversement quels outils de l’épicène  et de l’ambiguïté ?  
  • Du point de vue stylistique, quels procédés signifiants observe-t-on autour du nom et de la dénomination et pour quelle exploitation genrée ? périphrases, métaphores, métonymies (ex : les noms de fleurs, le rapport objet/sujet, adynatons allégoriques), transfert du nom commun au nom propre dans la personnification, etc
  • Quelles stratégies de masquage ou inversement de visualisation ou théâtralisation du nom du point de vue du genre ? pseudonymes, anagrammes, acrostiches, équivoques, phylactères,  signatures…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search