Onomastique et genre

Journée d’étude du jeudi 10 octobre 2019

Dans la continuité du séminaire Onomastique mené à Rennes 2 depuis la rentrée 2017, et dans le cadre d’une collaboration initiée avec Paris VII (Anne Paupert), Paris IV (Sophie Albert), et Genève (Yasmina Foehr-Janssens) pour fonder un réseau sur Littérature, Moyen Age et Genre (LIMA.GE),  j’organise une JE sur Onomastique et genre à l’Université Rennes 2.

Participeront à cette journée d’études les co-fondatrices du Réseau intitulé LIMA.ge  Anne Paupert, Yasmina Foehr-Janssens, Sophie Albert et Fabienne Pomel ainsi que Christopher Lucken, Madeleine Jeay, Christine Ferlampin-Acher, et Christiane Klapisch-Zuber (sous réserve). Il s’agirait d’aborder diverses pistes, dans des corpus les plus variés et ouverts possibles :

  • Comment à travers l’onomastique se construit ou se problématise le genre ?
  • Comment les noms de personnages dans les textes médiévaux sont-ils exploités ou non sur le critère du genre et comment ce critère s’articule-t-il à d’autres marques identitaires (génériques, sociologiques, géographiques, etc). Comment la notion d’inter-sectionnalité joue-t-elle pour le corpus médiéval ?
  • Comment les noms propres sont-ils des lieux de manipulation, falsification, usurpation, discordance et brouillage du genre qui reflètent des enjeux identitaires en lien avec le genre M/F ou éventuellement la mise en cause de cette binarité ?
  • Le traitement comparé des noms masculins et féminins montre-t-il le même fonctionnement ou présente-t-il des spécificités ?
  • Quelles sont les fonctions taxinomiques des noms genrés ? effets de série et de spécularité, de lignée, de reprise ou variation sur le nom (père/fille ou fils, mère/fille, sœurs ou fratries, amante/épouse pour Yseult/ Y aux blanches mains, etc) à l’intérieur d’un texte ou en intertextualité (ex Zeland/Zelandine ; Christ/ine) ; effets de hiérarchisation des personnages,  effets d’autorité ou de disqualification ?
  • Comment les textes usent-ils des spécificités de la langue médiévale pour jouer sur les marques du M, du F ou la neutralisation du genre dans l’onomastique  (noms de personnages/ noms de lieu/noms de choses) ? Quelles marques linguistiques et grammaticales de genre (suffixes ou diminutifs, accords, référence par les pronoms de 3e personne ou inversement quels outils de l’épicène  et de l’ambiguïté ?  
  • Du point de vue stylistique, quels procédés signifiants observe-t-on autour du nom et de la dénomination et pour quelle exploitation genrée ? périphrases, métaphores, métonymies (ex : les noms de fleurs, le rapport objet/sujet, adynatons allégoriques), transfert du nom commun au nom propre dans la personnification, etc
  • Quelles stratégies de masquage ou inversement de visualisation ou théâtralisation du nom du point de vue du genre ? pseudonymes, anagrammes, acrostiches, équivoques, phylactères,  signatures…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.