Métamorphoses au Moyen Âge : Fictions de la nature, frictions de la culture

Yasmina Foehr-Janssens, séminaire de maîtrise, Faculté des Lettres, Université de Genève, ma 12-14

À partir du XIIe siècle, les Métamorphoses d’Ovide entrent dans le champ de la littérature française, à l’occasion d’un renouveau de l’intérêt pour la matière antique. Plusieurs récits tirés du grand recueil ovidien circulent en ancien français et nombre de textes vernaculaires mobilisent la thématique de la mutation autour de figures comme la femme serpente ou l’homme loup. Au XIVe siècle, l’œuvre ovidienne connait une traduction française intégrale qui s’accompagne d’exégèses chrétiennes. Les poètes des XIVe et XVe siècle intègrent une perspective métamorphique dans leur réflexion sur la poétique et le métier d’écrivain.

Les phénomènes liés à la métamorphose impliquent une réflexion sur les rapports entre l’humain, l’animal et le végétal, qu’ils présentent en mettant au défi de la pensée une stricte délimitation des frontières entre les êtres vivants. Chez Ovide, les mythes fondateurs et notamment celui de Daphné et d’Apollon envisagent aussi la sexualité comme pulsion vitale inquiétante et paradoxalement mortelle. Dans le cadre du séminaire, nous nous interrogerons sur la prégnance de l’anthropocentrisme et de la domination masculine dans cette tradition narrative. L’imbrication de ces points de vue ne fait pas de doute, mais sont-ils pour autant toujours entièrement solidaires ? On pourra aussi se demander si et comment certaines œuvres déjouent ou dépassent les présupposés culturels que véhicule la thématique de la muance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.